Le PS où le Phoenix ignoré

Le PS est « à l’agonie », en « décomposition avancée », « une structure usée », « déjà mort ». Alors que rien ne semblait pouvoir le sauver, quelques semaines après la victoire des frondeurs, le parti au pouvoir a su se montrer majoritairement soudé malgré la cohabitation de deux gauches « irréconciliables« .

Ainsi, l’espace médiatique, même s’il reste sceptique sur les chances de Benoît Hamon, semble à présent avoir abandonné cette sémantique apocalyptique. A nouveau dans la course, le PS ne devrait pas se réjouir trop tôt, masqué par l’affaire Fillon. La presse ne s’intéresse à Benoît Hamon qu’à la marge. Et si elle a besoin de figures prêtes à se lancer, l’assassiner dès le démarrage aurait été une erreur. Il pourrait donc s’agir d’une tactique dite du «frigo », à savoir laisser de côté des dossiers potentiels afin de les utiliser l’heure venue.